LES SUJETS

Copenhague ... chronique d'une fin annoncée et pas du tout heureuse

Copenhague ... chronique d'une fin annoncée et pas du tout heureuse


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Daniel Carlos Besso

Dites-moi si cela ne donne pas la sensation de voir le Diable rire d'un rire sinistre, ressemblant à l'humanité ou du moins à ceux qui prétendent le représenter, grâce à la "GREED" qu'il était lui-même chargé de semer, il marche vers sa propre destruction, vers sa fin. Et ceux qui doivent arrêter de consommer et ne veulent pas, sont ceux qui ont de l'argent.


La réunion de coopération s'est terminée et il semble que la commission ne soit pas d'accord.

Quelqu'un pour me sortir de ce sentiment que je regarde un film de science-fiction sur la fin d'une civilisation. Que les dieux du mal célèbrent à nouveau leur triomphe sur les forces du bien. Ils se frottent les mains et célèbrent la victoire de la bataille finale ... L'humanité disparaîtra de la surface de la terre, ... ou du moins, elle cessera d'exister en tant que civilisation.

Cela ressemble à un mauvais rêve ...

ILS ONT DISCUTER POUR L'ARGENT !!!!!

Dites-moi si cela ne donne pas la sensation de voir le Diable rire d'un rire sinistre, ressemblant à l'humanité ou du moins à ceux qui prétendent le représenter, grâce à la "GREED" qu'il était lui-même chargé de semer, il marche vers sa propre destruction, vers sa fin.

Le problème est résolu, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et cela se fait simplement en réduisant la consommation d'énergie, pas avec de l'argent. (Bah!, Ce sont eux qui fabriquent les billets que nous avons sous-développés, convoités comme s'ils avaient vraiment une valeur réelle).

Ce serait comme aller à l'église, confesser nos péchés, être plus ou moins convaincu ou nous envoyer la part que nous sommes et ensuite, au lieu de nous repentir et de nous améliorer, de jeter des mangues au prêtre afin qu'il nous pardonne et prie pour nous.

Nous, Argentins, avons vécu l'une des pires sécheresses de notre mémoire. Pour le moment et grâce à «l'enfant», il semble que ce soit fini pour le moment.

Ils me diront peut-être que ces phénomènes ont lieu tous les 50 ans… si c'est vrai, mais sous l'effet de températures très basses, de terribles gelées noires. Cette fois et en prenant le pays comme une moyenne, ce n'était pas comme ça, c'était venu avec des vents de zonda hors du temps.

Les coups de vent comme celui que nous venons de voir à San Rafael Mendoza sont effrayants. Bien que les chutes de grêle soient très fréquentes dans cette localité, il n'y a pas de tornades qui déracinent les arbres.

Bref, il y a plein de manifestations climatiques pour avertir que le fameux changement est déjà un fait.

Il faut arrêter d'émettre du dioxyde de carbone, arrêter d'utiliser la voiture ou l'appartement pour aller à la quincaillerie chercher du petit cuir pour le robinet, si on peut y aller à vélo.

Gros….! Prenez le vélo ou passez à la jambe qui vous fait du bien! Grosse femme…!. Ne laissez pas le téléviseur allumé tout de suite, ne laissez pas le ventilateur tourner si vous quittez la pièce, le ventilateur ne refroidit pas l'air, il ne fait que les éliminer.

Bébé ...!, Ne prenez pas ces longs bains avec trois shampooings et 4 crèmes de rinçage, revitalisants et diverses potions.

Enfant…! Éteignez les lumières des pièces que vous quittez, habituez-vous au fait qu'un jour, vous devrez payer vous-même la facture d'électricité.

La chaleur est la forme finale sous laquelle toutes les formes d'énergie consommées aboutissent. L'énergie lumineuse chauffe les corps qu'elle illumine, l'air, agité par l'action d'un ventilateur et même d'un climatiseur, produit de la chaleur, tout ce qui frotte contre un autre produit de la chaleur. Si cela vous vient à l'esprit, Gordo, placez votre doigt devant le jet du nettoyeur haute pression (vous ne le faites pas, cela brûle et fait mal).

Mais ne faisons pas de digression du côté de la physique, pour cela demandez au professeur, il vous expliquera qu'il en est ainsi.

La question qu'au lieu d'accepter de trouver des solutions politiques et économiques qui permettent à l'humanité de continuer à avancer sans consommer autant de formes d'énergie non renouvelables (pétrole, gaz, charbon), ils ont commencé à parler de GUITA: -De combien d'argent ai-je besoin «Allez-vous donner pour que je puisse me contenter de continuer à vivre en pauvre et de ne pas vous imiter?

Si la planète entière vivait en consommant la quantité d'énergie qu'exige la vie confortable des citoyens des pays centraux, le monde prendrait littéralement feu dans quelques années.

D'une certaine manière, chaque être humain qui naît aura besoin d'une certaine quantité d'énergie pour le développement de sa vie, s'il est né dans un pays africain, il est fort probable que, pour la plupart, il n'intervienne pas dans ce domaine. matière, il peut cuire sa nourriture en utilisant du «bois de vache» (fumier séché) et s'il fait chaud, se protéger avec une feuille de palmier tissée.

Mais tous ceux qui viennent dans ce monde ne le font pas dans des sociétés aussi primitives avec une consommation d'énergie aussi faible.

Dans les présentations faites sur cette question, on a vu que le taux de croissance des températures mondiales suit la trajectoire d'une courbe ascendante, plus ou moins parallèle à l'augmentation de la consommation d'énergie (renouvelable ou non) et décalée quelques années plus tard.

À son tour, cette courbe d'augmentation de la consommation d'énergie copie également une autre similaire, qui représente l'augmentation de la population mondiale.

Il semble que tout était plus ou moins égal jusqu'à la fin des années 30 du siècle dernier. De là, et malgré la férocité des guerres et les massacres massifs, la première chimiothérapie est apparue, puis les premiers antibiotiques (sulfamides et pénicilline). Avec ces éléments, il était pratiquement possible de sauver de la mort des personnes qui, avant cela, mouraient irrémédiablement.

Mais peut-être la chose la plus révolutionnaire a-t-elle été l'invention d'insecticides qui est née accidentellement à la suite des recherches sur les anilines que Ciba-Geigy faisait à l'époque. Le méthoxychlore puis le DDT ont permis progressivement de lutter contre des ravageurs comme le homard qui ont plongé de nombreux pays dans de grandes famines. Ils ont également permis de contrôler le paludisme, le paludisme et toutes sortes de maladies avec des insectes suceurs de sang comme vecteurs.


L'augmentation de la population n'est pas seulement due à la reproduction, mais aussi à la diminution de la mortalité infantile et à l'augmentation de l'espérance de vie.

Il est bien clair que l'augmentation de la consommation d'énergie est responsable du changement climatique et que cette augmentation de la consommation est corrélée à l'augmentation de la population.

Quelles subtilités, non?

Il n’est pas moins vrai non plus que les pays ayant la plus forte croissance démographique ne sont pas responsables de la plus forte augmentation des émissions, mais tout s’additionne. Dans les pays surpeuplés d'Asie, les gens se déplaçaient à vélo et commencent maintenant timidement à se déplacer sur des motos et des voitures. Lorsque les habitudes de consommation occidentales commenceront à devenir populaires, au minimum, nous allons voir «comment nous gérons la chaleur avec une veste».

Pour résoudre le problème, je ne pense pas que ce soit un problème technologique, nous avons les connaissances nécessaires pour mettre en œuvre des changements dans la manière de produire de l'énergie. Ce que nous n'avons pas pour le moment, c'est la solution pour que les intérêts qui se déplacent derrière la matrice énergétique actuelle, libèrent la morsure. Quelque chose de mal, comme je l'ai déjà dit, doit être pour que, même si ce n'est pas le cas, ils changent le métier des tours pétrolières pour les éoliennes. Ils pourraient continuer à «couper le salami» et encore plus longtemps car la débâcle des changements catastrophiques ne viendrait pas pour ne pas avoir fait leurs devoirs.

Les biocarburants, bien qu'ils vont laisser au pays un peu d'argent, ne fonctionnent pas dans la bonne direction. Si l'on ajoute les litres qu'il faut consommer pour produire les oléagineux, extraire l'huile, saponifier les acides gras, tout transporter, etc., etc.

Le résultat en termes thermodynamiques et chimiques ne donne pas un équilibre aussi favorable.

Fondamentalement, les biocarburants sont une continuité technologique avec ceux dérivés du pétrole, ils seront utilisés pour alimenter les véhicules de la même manière que les premières automobiles le faisaient à la fin du 19ème siècle, brûlant quelque chose, au lieu de le faire électriquement, avec des cellules d'énergie. etc., la même merde avec un parfum "country".

Maintenant, si les Européens vont nous acheter ces biocarburants pour faire taire hypocritement leurs consciences, c'est une autre histoire.

Ce qui a été et aurait dû être discuté lors de la réunion du «consortium» de Copenhague, c'est de savoir comment les sociétés dominantes et industrialisées du nord ont été forcées de mener une vie plus austère et plus modeste.

Pour le moment, cela ne nous favorise qu'apparemment, mais c'est illusoire, nous vivons sur cette planète et nous ne pouvons pas aller profiter des bénéfices ailleurs.

Un exemple de la façon dont les macanas de l'hémisphère nord nous nuisent est le trou dans la couche d'ozone. Dans le nord, la plupart des gaz à base de substances fluorocarbonées sont consommés, qui entraînent les aérosols.

Ces gaz sont utilisés dans le nord mais ils finissent par détruire l'ozone (O3) et le transformer en oxygène commun (O2). Alors que l'ozone arrête la plupart de la lumière ultraviolette qui atteint notre planète, le TROU dans la couche d'ozone au-dessus de l'hémisphère sud permet à beaucoup plus de rayonnement UV d'atteindre notre pays et le Chili. que celui qu'ils reçoivent dans l'hémisphère nord. Au nord ils fabriquent le macana et nous au sud, nous relions les cancers de la peau que cette perturbation provoque.

Nous savons tous combien la voiture ou la plate-forme consomme moins, avec le simple processus de rouler à 100 km / h au lieu de la prendre en sifflant à 130 - 140 …… Du gras! Ne faites pas semblant d'être distrait, l'autre jour je vous ai vu passer avec le "beaucoup d'insectes", les trias sifflants, dessus avec ces 4 lanternes que vous posez l'arc, qui coupent l'air et sifflent comme le Pulqui. (Quel âge as-tu !!!)

En abaissant les vitesses maximales autorisées, en plus de réduire les accidents, ce qui ne serait pas rien, nous pourrions réduire la consommation, pas moins de 5%.

Dans ce cas, les Européens pourraient faire la même chose ... mais NON !!, objectif BMW, objectif Lamborghini, AUDI du grossier, Ferrari, Porsche, autoroute (autoroutes allemandes à vitesse libre) pour voler bas…

Oui, Gordo, j'ai vu la foire automobile allemande à travers "le garage", si je les voyais, ce sont des fers HELL, au sens strict du mot, ce sont des tentations, d'aller aux cuetes ... où?

Oui, j'ai aussi regardé les promoteurs ... ils font partie de la séduction, pour continuer à brûler de l'huile.

Laisse les filles pour les garçons

Ces plats principaux ne sont pas pour vous ...

Ne faites pas le Berlusconi !!

Cela va vous donner un idiot!

Continuons…

L'effort mécanique pour vaincre la résistance de l'air augmente par rapport au carré de la vitesse, c'est pourquoi la consommation change tellement avec un peu, rien de plus que l'on soulève la jambe.

Le démantèlement du système ferroviaire, au lieu de l'améliorer, de l'électrifier, etc. pour notre pays, c'était fatal. Les besoins en carburant par tonne transportée / kilomètre sont entre 7 et 15 fois plus élevés, par camion que par train. Ce n'est pas une blague.

Et il est toujours fatal que rien ne soit fait dans ce sens.

Au contraire, la disparition des villes de l'intérieur est favorisée.

Le désordre de la répartition démographique contribue à une plus grande consommation inutile d'énergie, par exemple:

Il est privilégié, de ramasser le lait à Trenque Lauquen, pour qu'il revienne plus tard emballé dans une tétrabrick à 400 km, le même que le dessert, etc.

Les exigences sur le type d'installations, une interdiction déguisée de vendre des produits de production purement locale, sous prétexte de risques supposés pour la santé publique, est aussi, d'une certaine manière, une manière de participer à une agression inutile de l'environnement.

Camion là-bas, camion ici… et Moyano heureux.

Mais sur cette question de la sauvegarde apparente des groupes concentrés de l'économie, par un ensemble de réglementations pour empêcher la naissance d'industries locales; Je mâche quelque chose pour plus tard.

C'est une question très grave, il y a des violations des droits constitutionnels et des choses lourdes de cette nature.

Il est remarquable de voir comment tout s'enchaîne dans le même, pour protéger les entreprises de certains, si nécessaire, on met le feu à la planète.

AAHH! Gros homme… .., enlève ta chaussure de plongée pour conduire… et si plus tard tu es en retard, je te dirai comme un de mes patrons me l'a dit, quand je viens d'être reçu et que je suis arrivé en retard:

_ Ingénieur, savez-vous pourquoi vous étiez en retard… ..?

_ Il y avait un trafic barbare, je suis resté coincé, j'ai réussi à répondre.

_ NON, VOUS ARRIVEZ TARD, PARCE QUE VOUS ÊTES SORTIE TARD.

Je suis parti plus tôt et je vais plus lentement, vous utiliserez moins de diesel, moins de flat et c'est plus sûr.

Daniel Carlos Besso - Ing.agr. Daniel Carlos Besso - Argentine - décembre 2009


Vidéo: Cours dEtienne Klein: les deux théories de la relativité dAlbert Einstein (Mai 2022).