LES SUJETS

La promotion de la biotechnologie au Pérou

La promotion de la biotechnologie au Pérou


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par RALLT

Le projet de loi déclare comme nécessité et priorité nationale le développement de la biotechnologie moderne et de ses applications en tant que facteurs fondamentaux de la compétitivité, du développement économique et du bien-être du pays.

Le projet de loi pour la promotion de la biotechnologie au Pérou

Le projet de loi déclare comme nécessité et priorité nationale le développement de la biotechnologie moderne et de ses applications en tant que facteurs fondamentaux de la compétitivité, du développement économique et du bien-être du pays.

Le projet de loi part du fait que la biotechnologie moderne a acquis une importance cruciale pour les pays, grâce à son potentiel de développement économique industriel, agricole, halieutique et minier, à une sécurité alimentaire et une nutrition accrues, à la santé humaine et animale, à la conservation et à la valorisation de la biodiversité et de la l'amélioration de l'environnement.


Avec cette introduction, vous décrivez le champ d'application de la loi, qui englobe des domaines tels que le développement minier et halieutique, et la santé humaine, qui sont des domaines biotechnologiques sous-développés dans la région. Cependant, il fait référence à la biotechnologie appliquée à l'agriculture en se référant à l'alimentation et à la nutrition.

Champ d'application de la loi

Mais analysons quel type de biotechnologie est celui que vous souhaitez promouvoir.

Le projet de loi comprend l'investigation des cellules du corps humain, quel que soit leur stade de développement, aux fins de la reproduction de tissus ou d'organes.

Le débat dans le monde sur l'utilisation des cellules souches ou des cellules souches est très intense. À l'heure actuelle, il y a très peu de pays dans le monde où l'utilisation de ce type de technologie est autorisée pour des raisons éthiques et religieuses. Une analyse détaillée de ce problème a été présentée dans le Bulletin RALLT 157.

De nombreux pays ont interdit ce type de pratique pour des motifs religieux, y compris le Pérou lui-même, ainsi que la plupart des pays à majorité catholique dans le monde.

Les cellules souches sont développées dans l'espoir de pouvoir remplacer les cellules endommagées dans des organes ou des parties du corps. Ces cellules sont "totipotentes" c'est-à-dire qu'elles sont capables de former un nombre illimité de types de cellules spécialisées telles que le sang, les cellules nerveuses, etc. Pour le développement de cellules souches ou souches, une femme doit faire don de ses ovules, qui sont fécondés, afin qu'un embryon se forme, qui est manipulé pour développer le type de tissu souhaité. Pour le moment, seule la Corée du Sud a autorisé l'application de cette technologie dans le monde.

Selon la doctrine catholique, le problème du travail de recherche sur les cellules germinales embryonnaires ou les cellules souches totipotentes (également appelées «cellules souches») consiste en ce que l'obtention des cellules implique la destruction d'embryons humains à volonté, ce qui est illicite pour l'Église.

Mais il y a d'autres implications. Par exemple, le projet de loi prévoit que ceux qui donnent des ovules pour développer des cellules souches (seules les femmes peuvent le faire) seront éligibles aux fonds publics. Dans un pays du tiers monde comme le Pérou, cette mesure pourrait déboucher sur un marché des œufs de femmes pauvres. Cela nous amène à analyser les impacts que ces techniques ont sur la santé des femmes donneuses, puisqu'elles reçoivent un cocktail hormonal très fort pour pouvoir libérer les ovules. Jusqu'à 200 œufs peuvent être collectés sur une seule femme. La femme sera affectée à la fois par le cocktail hormonal et par la perte d'une partie importante de son approvisionnement en œufs.

Beaucoup de ces technologies sont développées pour traiter des affections telles que la sénilité. Pour certains auteurs, la sénilité est un problème lié au rôle qu'occupent les personnes âgées dans les sociétés modernes, et c'est un problème qui peut être mieux résolu par la famille et la société que par les médicaments.

Il est important de mentionner ici que si l'utilisation des cellules souches était positive, dans des pays comme le nôtre, où il y a de graves problèmes de résolution de maladies qui peuvent être résolus avec un peu d'investissement dans la santé publique, comme des problèmes digestifs qui tuent des milliers de personnes chaque année. enfants, le développement de ces technologies aurait deux objectifs:

  1. servir de terrain d'expérimentation puisque la technologie est interdite dans la plupart des pays du monde
  2. ne serait disponible que pour les élites qui étaient prêtes à payer pour cette technologie
  3. Il pourrait y avoir un processus d'exportation de cellules souches vers des pays riches où la technologie est interdite

Mais ils ne contribueront en aucun cas à résoudre les problèmes de santé publique comme le prévoit le projet de loi. Au contraire, les femmes péruviennes exposeront leur santé en échange d'une somme d'argent, si elles deviennent donneuses d'ovules pour le développement de ces enquêtes.

Selon le projet de loi, le clonage d'animaux et de leurs tissus à des fins utilitaires ou le clonage de tissus humains destinés à améliorer la santé humaine est autorisé. Le clonage humain est autorisé dans quelques pays du monde à des fins thérapeutiques, à condition que l'embryon soit détruit à un certain stade embryonnaire.

À propos de la propriété intellectuelle

Le projet de loi considère qu'une nouvelle législation est nécessaire pour adopter et maintenir un cadre juridique qui protège la propriété des créations intellectuelles et les résultats de la recherche scientifique et du développement technologique dans les différents domaines de la biotechnologie moderne dans le pays, à travers un système de brevets d'invention, modèles d'utilité et autres instruments juridiques de protection intellectuelle ad hoc.

Même si le projet de loi prévoit que des organismes entiers qui existent naturellement ou qui ont été modifiés par la biotechnologie moderne sont exemptés du système des brevets, qu'arrivera-t-il aux embryons ou aux clones fabriqués à partir de cellules humaines? À qui appartient la propriété intellectuelle desdits embryons ou clones? Les femmes donneuses perdront-elles les droits sur leurs propres cellules? Quelles sont les implications éthiques du brevetage de l'être humain?

À titre de comparaison, dans un rapport présenté par la Commission des Communautés européennes au Parlement européen et au Conseil européen (COM (2005) 312 final.
SEC (2005) 943, 14 juillet 2005) établit qu'il n'est pas possible d'utiliser les mêmes principes qui s'appliquent à la brevetabilité des plantes, des animaux et des micro-organismes, à tout matériel isolé du corps humain, et conclut:

"Bien que l'on puisse faire valoir à partir d'une simple lecture les dispositions de la directive (brevets européens) en ce sens qu'il n'y a pas de raison objective de limiter la protection traditionnelle, en termes de droit des brevets, aux inventions liées à des séquences ou à des séquences partielles de gènes isolés du corps humain, il y a d'autres aspects liés à l'éthique, à la recherche et à l'économie qui doivent être pris en compte ...

À la lumière de l'analyse effectuée par la Commission, les cellules souches totipotentes ne devraient pas être brevetables, pour des raisons liées à la dignité humaine.

Bien qu'il n'y ait pas de réponse immédiate aux questions liées à la brevetabilité des cellules souches embryonnaires, il semble pour le moment très prématuré de parvenir à une conclusion définitive ».

Sur les considérations éthiques

Étant donné que cette loi couvre des domaines aussi complexes de la biotechnologie et ayant de fortes implications bioéthiques, telles que l'utilisation de cellules souches qui implique la création d'embryons humains viables, ainsi que le clonage humain, la question de la bioéthique devrait être un impératif dans cette loi. Cependant, le sujet de la bioéthique est traité superficiellement.

Dans la section sur les considérations éthiques, le projet de loi dit:
"Tout citoyen a la possibilité de disposer des cellules de son corps dans tout état de développement où elles se trouvent dans le but de reproduire des tissus ou des organes pour remplacement ou don, dans les limites de la loi relative à la forme de don, ce qui pas une raison de revenu pour le donateur ».

"La recherche qui utilise des cellules souches issues de dons personnels ou institutionnels sera éligible aux fonds publics."

"Le clonage d'animaux et de leurs tissus qui sont faits à des fins utilitaires, ou le clonage de tissus humains pour une utilisation dans l'amélioration de la santé humaine est autorisé."

Le clonage d’êtres humains entiers n’est pas autorisé ».

Tout le débat sur la bioéthique est réduit à ces considérations générales. Il serait important de savoir ce que les différents secteurs de la société péruvienne pensent de ce projet de loi.

À propos des autres branches de la biotechnologie

Outre la promotion des technologies liées au corps humain, il est indiqué dans le projet de loi que d'autres domaines de la biotechnologie seront promus, comme son application aux mines, à la pêche et à l'agriculture.

Dans le domaine minier, la biotechnologie pourrait être appliquée à la soi-disant bio-assainissement, qui est l'utilisation de micro-organismes dans la décontamination environnementale. Il existe de nombreuses critiques à l'encontre de ces techniques pour ne pas avoir correctement évalué leurs conséquences sur l'environnement.

En ce qui concerne la pêche, il y a eu beaucoup d'opposition au développement des poissons génétiquement modifiés, entre autres raisons, car il est impossible d'assurer leur confinement, ce qui mettrait en danger les populations indigènes, ce qui peut entraîner un sérieux problème pour le Pérou, pays qui dépend fortement des exportations de poisson, qui peuvent être affectées par d'éventuels événements de contamination génétique. Des impacts peuvent également être générés sur la pêche artisanale qui soutient la population locale, à la fois en termes de santé des consommateurs, ainsi que dans les populations de poissons naturels et dans l'environnement dans lequel ils se développent.

Enfin, nous avons la biotechnologie agricole, dont les impacts ont été largement analysés. Peut-être faut-il seulement se rappeler que le Pérou est le centre d’origine et de diversité de cultures de grande importance comme la pomme de terre, le coton et le maïs, cultures qui sont sur le point de subir une manipulation génétique.

Sur l'incertitude des nouvelles technologies


Le but de ce projet de loi étant de s'aventurer dans des domaines que d'autres pays ne se sont pas aventurés, du moins avec force, puisque la plupart des pays de la région ont accordé une plus grande importance à l'application agricole de la biotechnologie, il devrait y avoir de nombreuses incertitudes sur l'application de ces nouvelles technologies. En effet, le projet de loi aborde la question des incertitudes comme suit:

«… Il est évident qu'il y a une grande méconnaissance du potentiel économique de la biotechnologie, entre autres sciences, et aussi que, par rapport à d'autres secteurs industriels, les projets dans ce domaine présentent un risque nettement plus élevé. En raison de telles circonstances, les entrepreneurs ont de nombreuses difficultés à prendre des décisions d'investir dans ce domaine et ne bénéficient pas d'un soutien suffisant en termes de conseil ».

Cela implique qu'il existe une incertitude au niveau de l'investissement et que, pour cette raison, des incitations financières doivent être créées pour investir dans ces branches de la biotechnologie. En fait, il y a toute une section qui traite des incitations que les entreprises de biotechnologie qui souhaitent investir au Pérou recevront, comme transcrit ci-dessous:

"Article 14.- Régime d'incitation
Les nouvelles entreprises, ou les entreprises existantes qui décident d'investir dans des activités de recherche et développement en biotechnologie moderne, auront un vacances fiscales et tarifaires de toutes natures pour une durée de 15 ans à compter de la date à laquelle vos demandes et plans d'opérations, à cet effet, sont approuvés par CONCYTEC et par le ministère de votre secteur.

Article 15.- Traitement fiscal
Les entreprises de toutes sortes qui décident de réinvestir leurs réserves ou leurs bénéfices dans des programmes de recherche et développement menant à la production de biens et de services biotechnologiques modernes dans leurs propres entreprises, ou en association avec d'autres institutions, bénéficieront de la réduction du paiement de vos impôts sur le revenu d'un montant équivalent à 130% du montant investi, à concurrence de 50% maximum des bénéfices, pour autant que leurs programmes d'investissement aient été approuvés par CONCYTEC et le Ministère du secteur correspondant.

Article 16.- Exonérations
Rester exemptés de payer les droits de douane et autres droits d'importation les biens, qui ne sont pas produits dans le pays, nécessaires à la recherche et au développement en biotechnologie moderne, des entreprises, associations, universités et instituts de l'État, qui ont préalablement enregistré leur projet de recherche et développement dans CONCYTEC et dont les listes d'importation ont préalablement approuvé par CONCYTEC ».

À propos de la biosécurité

La Commission nationale exécutive de biotechnologie (CONEBIO) est créée, rattachée à CONCYTEC, composée de représentants du gouvernement, d'universitaires et d'entreprises. Le CONEBIO doit:

"Veiller à ce que le développement de la biotechnologie moderne soit en harmonie avec la réglementation actuelle sur la biosécurité, et collaborer avec les organes et organismes compétents à l'adoption et à l'application du règlement sur la biosécurité dans tous ses aspects et domaines connexes."

La Commission nationale consultative sur la biosécurité dans la biotechnologie moderne est également créée pour soutenir le CONEBIO dans toutes les questions liées à la biosécurité. Cependant, la norme de biosécurité doit être conforme à l'article.

L'article 2 établit que:
"Cette loi réglemente et promeut la recherche scientifique, le développement technologique et l'innovation commerciale résultant des applications de la biotechnologie moderne dans le pays, en optimisant les avantages économiques en harmonie avec la santé humaine et avec la préservation de l'environnement."

En d'autres termes, le développement technique et l'innovation commerciale doivent être supérieurs aux normes de biosécurité. De plus, le projet de loi ajoute que les normes de biosécurité ne devrait pas limiter le développement de la biotechnologie moderne.

À propos de la participation citoyenne

Un mécanisme de consultation de la population est créé, à savoir le Forum National de la Biotechnologie (FONABIO), dont l'objectif est de mettre en relation les citoyens avec des informations actualisées sur la Biotechnologie et de recevoir leurs avis en créant un moyen de consultation et opinion éclairée. Le public ne participe pas au processus décisionnel concernant le développement biotechnologique qui aura lieu dans ce pays, et ceux qui participent au processus de consultation doivent avoir une opinion éclairée. Cela signifie-t-il que ceux qui n'ont pas un certain niveau académique seront exclus, même s'ils sont directement concernés?

Connaissances traditionnelles contre biotechnologie moderne

Le projet de loi déclare dans son introduction que "dans le monde globalisé d'aujourd'hui, pour briser la dépendance et réduire l'écart technologique, il est nécessaire de promouvoir et de développer la recherche scientifique, le développement technologique, le transfert de technologie et l'innovation commerciale utilisant la biotechnologie au Pérou".

Le Pérou est un pays avec un héritage culturel très riche, lié avant tout à l'utilisation de la biodiversité, comprise dans sa conception la plus large, qui inclut les systèmes productifs des différentes régions du pays. Ces connaissances pourraient être valorisées et améliorées avec un budget beaucoup plus faible que celui proposé dans ce projet de loi et avec de bien meilleurs résultats au niveau de l'économie locale et nationale.

Cependant, le projet de loi cible la biotechnologie dite moderne.

Ce projet de loi constitue une lettre ouverte non seulement pour l'entrée des produits transgéniques agricoles au Pérou, ce qui pourrait avoir des impacts très graves sur ces systèmes de production traditionnels, mais pourrait faire du Pérou un champ d'expérimentation pour des technologies non approuvées ou acceptées dans d'autres parties du monde. www.EcoPortal.net

* RALLYE


Vidéo: Des biotechnologies de toutes les couleurs (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Koenraad

    Absolument avec vous, c'est d'accord. C'est une bonne idée. Je t'encourage.

  2. Gurn

    Quelle idée intéressante ..

  3. Taban

    Vous ne pouvez plus le nommer!

  4. Ulmarr

    Qui peut dire au fil !!!!!

  5. Marlowe

    Quelle belle phrase



Écrire un message